Geekz news


Poster un commentaire

Curiosity se prépare sur Mars

 Curiosity devait effectuer ses premiers tours de roue sur Mars mercredi, un peu plus de deux semaines après son arrivée sur la planète Rouge pour déterminer si la vie a pu y exister. La NASA affirme que son capteur de vent endommagé ne met pas en péril sa mission.

Le robot de la taille d’une voiture de ville devait avancer d’environ 3 mètres, virer sur la droite puis reculer et se garer un peu à gauche de son emplacement de départ, selon Mike Watkins, directeur de mission au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de l’agence spatiale américaine à Pasadena, en Californie. « On va certainement voir des marques de roue. »

Les ingénieurs du JPL ont réussi à tourner quatre des six roues de Curiosity cette semaine pour vérifier le pilotage, a-t-il précisé. Quand les fonctions du robot auront été testées, Curiosity pourra parcourir des dizaines de mètres par jour autour du cratère où il s’est posé le 5 août.

Les scientifiques continuent par ailleurs à tester et calibrer le bras de 2,10m du robot, équipé notamment d’outils pour le forage, d’une pelle, d’un spectromètre et d’une caméra, afin de préparer le recueil des premiers échantillons du sol. Cela permettra peut-être de dire si l’environnement de la planète Rouge a été favorable à la vie microbienne.

Curiosity n’est pas arrivé indemne sur Mars: les chercheurs ont découvert que l’un de ses capteurs de vent était endommagé, peut-être par des cailloux projetés pendant la descente du véhicule, selon Ashwin Vasavada, responsable-adjoint scientifique du projet.

Un second capteur reste opérationnel, ce qui devrait suffire, mais les scientifiques devront peut-être « travailler un peu plus dur » pour déterminer la vitesse et la direction du vent, facteurs importants pour déterminer quand Curiosity peut se déplacer. « Mais nous pensons que nous pouvons nous débrouiller », a-t-il ajouté.


Poster un commentaire

L’Inde veut lancer une mission sur Mars dès 2013

L’Inde va lancer une mission sur Mars l’an prochain, consistant en une sonde orbitale autour de la «planète rouge» qui étudiera le climat et la géologie, a confirmé mercredi le Premier ministre indien, Manmohan Singh.

«Notre engin spatial s’approchera de Mars et collectera des informations scientifiques majeures», a déclaré M. Singh dans un discours à l’occasion du jour-anniversaire de l’indépendance de l’Inde. C’est un «grand pas pour nous dans le domaine de la science et la technologie», a-t-il ajouté.

Cette mission marquera une nouvelle étape dans l’ambitieux programme de recherche spatiale de l’Inde, qui projette son premier vol habité en 2016.

Une fusée de 320 tonnes sera utilisée pour mettre en orbite la sonde : elle sera envoyée dans l’espace à partir d’un pas de tir de l’Organisation indienne sur la recherche spatiale (ISRO) situé à Sriharikota, dans l’Etat de l’Andhra Pradesh (sud). Le tir pourrait survenir dès novembre 2013, selon l’agence Press Trust of India.

La mission devrait coûter entre quatre et cinq milliards de roupies (entre 70 et 90 millions de dollars). Le gouvernement indien avait provisionné en mars dans son budget les sommes destinées à ce projet, soit 1,25 milliard de roupies.

L’Inde s’est engagée en 1963 dans un programme spatial destiné à réduire sa dépendance vis-à-vis de pays tiers pour le lancement de ses satellites. Elle a fait son entrée sur le marché international des lancements commerciaux avec la mise en orbite en 2007 d’un satellite italien. En janvier 2008, une fusée indienne avait lancé un satellite espion israélien.

Le programme spatial indien avait toutefois subi un important revers en décembre 2010 quand un lanceur avait explosé avant de tomber dans le golfe du Bengale après avoir dévié de son plan de vol initial.


Poster un commentaire

Paris – New York en 1h00

Il est long d’environ huit mètres et a l’apparence d’une fusée dont le nez aurait été aplati. Surnommé le « surfeur » (« waverider » en anglais) car il surfe sur l’onde qu’il dégage, le X-51 a été testé mardi par l’armée de l’air américaine. Accroché sous l’aile d’un bombardier B-52, il a décollé comme prévu de la base aérienne d’Edwards, en Californie (Etats-Unis), à 19 h 50, heure française.

On saura mercredi 15 août vers 19 heures, heure française s’il a bel et bien été capable de voler à plus de 7 300 km/h (Mach 6), une vitesse qui lui permettrait d’effectuer le trajet Paris-New York en une heure seulement. « Mais même si le test était réussi, on serait encore loin d’un vol commercial avec passagers. (…) Le Pentagone veut d’abord maîtriser la technologie à des fins militaires (drones, missiles longue distance etc) », précise 20 Minutes.

« Un tel appareil coûtera très cher en raison de la quantité énorme d’énergie requise pour parvenir à cette vitesse. Mais la perspective de se rendre de Tokyo à Paris en deux heures et demie est très séduisante pour le monde des affaires et les politiques – et je pense que, d’ici à 2050, un avion commercial pourrait se révéler viable », affirme de son côté Peter Robbie, vice-président d’EADS.


Poster un commentaire

Une start-up néerlandaise veut aller sur Mars en premiere

Nom de code : Mars One. Objectif : des humains sur la planète Mars. Date : 2023.

La course aux étoiles n’a que rarement été si passionnante. Peut-être seulement en 1969, lorsque Neil Armstrong posait son empreinte sur le sol lunaire, devant le regard de toute l’humanité. La NASA prenait alors le statut incontestable de leader en matière de conquête spatiale. Mais elle est en passe d’être devancée dans la course au premier vol habité vers Mars. En effet, une start-up néerlandaise baptisée Mars One, a pour projet de réussir cet exploit d’ici l’année 2023.

Source : Une start-up néerlandaise


Poster un commentaire

Obama dit au chercheurs de la Nasa « Dites-moi si vous trouvez des Martiens! »

À bord d’Air Force One, le président américain Barack Obama a demandé lundi sur le ton de la plaisanterie aux scientifiques de la Nasa qui ont récemment fait atterrir sur Mars le robot Curiosity de le tenir au courant immédiatement s’ils trouvaient des traces de vie sur la planète rouge.

« Si jamais vous entrez en contact avec des Martiens, merci de me tenir au courant immédiatement », a plaisanté M. Obama, lors d’une conversation téléphonique avec des scientifiques du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa depuis l’avion présidentiel Air Force One.

« J’ai beaucoup d’autres choses sur le feu, mais j’imagine que cela aurait la priorité. Même s’il ne s’agit que de microbes, ce serait très intéressant », a-t-il poursuivi. Curiosity, qui s’est posé sur Mars la semaine dernière après un atterrissage à haut risque, est à la recherche de traces de vie sur la planète la plus proche de la Terre. Le robot est aussi chargé de rapporter des informations en vue d’une future mission humaine sur la planète rouge.

Source: Nasa et Barack Obama


Poster un commentaire

Photos de Mars Les clichés de Curiosity

5 août 2012 –

Le robot Curiosity fonce droit vers la planète Mars. Cette photo, prise à partir d’un satellite d’observation, montre le robot emballé dans son bouclier thermique.

6 août 2012 –

Quelques heures après son arrivée sur la planète rouge, Curiosity envoie à la Nasa un premier cliché, en haute définition, mais en noir et blanc. On y voit le cratère Gale, lieu d’atterrissage de Curiosity.

7 août 2012 –

Le sol martien apparaît caillouteux. Les scientifiques entendent notamment étudier les projections de poussière provoquées par l’arrivée de Curiosity.

8 août 2012 – Curiosity envoie également quelques autoportraits.

9 août 2012 –

Une nouvelle photo du cratère Gale est envoyée à la planète Terre. La température sur le sol martien oscille entre 0 degré et… 90 degrés. Un climat difficile.

10 août 2012 –

Les premiers clichés couleur de Curiosity arrivent enfin. Aucun doute, la planète rouge n’a pas usurpé son surnom !

11 août 2012 –

Cratère – Le réacteur de la fusée qui a apporté Curiosity a creusé le sol de Mars.

12 août 2012 –

Cratère Gale

13 août 2012 –

Mont Sharp

Source : Nasa